Actualités

Sans eau depuis près de 5 mois, la situation devient insoutenable pour L’Auberge du Coucou

Publié le 02/10/2018

Depuis mai dernier, L’Auberge du Coucou, nichée en plein cœur de la forêt de Mormal, se retrouve sans eau ! En effet, le forage de 20 mètres de profondeur et vieux de 40 ans qui alimente habituellement le restaurant et l’habitation, est désormais à sec. N’étant pas propriétaire des lieux, la gérante de l’établissement, Pascaline Bader, attend maintenant un accord officiel de l’Office National des Forêts (ONF) pour que la situation se rétablisse au plus vite.

 

« Au départ, on pensait que le problème allait se résoudre rapidement. Puis, devant la tournure des événements, nous avons été contraints de fermer l’établissement pendant quelques temps et nous avons dû adapter notre mode de fonctionnement pour gérer au mieux l’urgence. », indique Pascaline Bader. Face à cette dure épreuve, la gérante et son époux ont pu compter sur le soutien et la solidarité d’amis et clients qui leurs ont ouvert leurs portes et fournis de nombreux bidons d’eau. Depuis, l’approvisionnement en eau se fait sur les villages voisins via la location d’un tracteur avec une cuve de 11 000 litres.

 

L’eau est récoltée de manière hebdomadaire et alimente les toilettes et la plonge. Pour ce qui est de la restauration, Pascaline Bader cuisine exclusivement à l’eau minérale.

 

Malgré ce qui a pu être dit ou écrit récemment, la gérante tient à affirmer que la situation est toujours au point mort. Suite à l’élan de solidarité grandissant sur les réseaux sociaux, ainsi que la décision de Mme Bader de poursuivre l’ONF en justice, une rencontre a eu lieu courant septembre entre les deux parties. Cependant, même si des discussions sont en cours, aucune décision n’a été prise et la situation est toujours au point mort.

 

« Pour le moment, rien n’est acté, rien n’est signé ! Une chose est sûre : on va aller jusqu’au bout ! Si la situation se prolonge, 5 emplois en CDI seront menacés.  On espère une réaction rapide, car dès l’arrivée des premières gelées, ça deviendra très compliqué ! », confie Pascaline Bader. Souhaitons donc à L’Auberge du Coucou que les choses rentrent rapidement dans l’ordre.